Matériel

Quelle taille de wing ?

Le choix de la taille de wing va dépendre principalement de la plage d’utilisation que vous visez. Sur une plage de vent de 10 à 20 noeuds, pour un gabarit de 70-85kg, nous préconisons une 5m. Pour un gabarit inférieur à 70kg, plutôt de 4m et enfin pour gabarit supérieur à 85kg plutôt une 6m. Sachez qu’en tout cas, il vaut mieux augmenter la surface de l’aile avant du foil plutôt que d’augmenter la taille de votre wing pour du lightwind par exemple.

Quel volume de planche ?

Plus la planche est volumineuse, plus elle flotte. On conseille souvent pour choisir son pack wing foil, une planche qui fait +25/30 litres par rapport à son propre poids. Ainsi un pratiquant de 70 kg pourra choisir une planche de 95 litres. Cela apporte de la stabilité, et un départ au planning très rapide.

Les 5 avantages de rider avec un foil carbone

Un des premiers avantages d’un foil carbone est la rigidité de ce dernier. La rigidité apporte un certain feeling, de certaines sensations que l’on ne va pas pouvoir ressentir forcément avec d’autres matières. À titre comparatif, si on prend par exemple, un foil carbone avec la même rigidité vis-à-vis d’un foil aluminium, un foil aluminium devra être plus épais pour avoir la même rigidité qu’un foil carbone.

Fuselage long ou court, lequel choisir ?

Fuselage long

Le fuselage plus long va apporter de la stabilité et un peu plus de puissance avec un même stabilisateur. Quelqu’un qui débute, quelqu’un qui est moins sûr de ses appuis, quelqu’un qui a un flotteur plutôt long supérieur à 6 pieds et assez lourd, aura intérêt à utiliser le fuselage long. Il va lui apporter plus de puissance, plus de stabilité.

Fuselage court

Le fuselage plus court va rapprocher l’aile avant du stab et donc apporte de la maniabilité. Quelqu’un qui est vraiment plus expérimenté dans la pratique et qui a des flotteurs légers type surf foil pourra passer sur un fuselage court. Cela va apporter beaucoup plus de dynamisme dans le pumping et dans la maniabilité.

Surface d’aile et portance, toutes les marques se valent-elles ?

Vous êtes nombreux à vous poser la question de l’équivalence des ailes d’une marque à une autre. Par exemple, est-ce qu’une aile de surface 1300cm² est égale à une 1300cm² chez un autre fabriquant ? Et bien non, la portance en wing foil dépend de plusieurs caractéristiques.

Qu’est-ce que le one pump et à quoi sert-il ?

Lors du gonflage de la wing

Au moment de gonfler votre wing pour aller à l’eau, le one pump va vous permettre de gagner du temps. Pourquoi ? Et bien tout simplement, car avec une seule valve de gonflage et le one pump vous allez pouvoir gonfler les deux boudins : le board d’attaque et le boudin central. Il y a une transmission d’air qui se fait grâce au one pump.

Une fois votre wing bien gonflée, n’hésitez pas à fermer le clapet de one pump afin de conserver un boudin gonflé si jamais vous percez l’autre en navigation.

Lors du dégonflage de la wing

Lorsque vous allez dégonfler l’aile de wing, vous allez pouvoir bloquer l’air. Le système de clapet va vous permettre de couper la circulation entre la latte centrale et le board attaque (comme après le gonflage). Quand vous allez ranger votre matériel vous pourrez d’abord dégonfler le board d’attaque, enrouler les oreilles l’une après l’autre et conserver le boudin central gonflé pour optimiser le rangement

Comment choisir son mat de wing foil ?

Sur l’aspect matériau, vous le savez certainement, aujourd’hui il existe deux grands types de matériaux de construction de foils : l’aluminium et le carbone. Une question que nous avons souvent est : “quel mat choisir ?

Straps ou strapless en wing foil ?

Strapless : la liberté

La pratique strapless évoque la liberté absolue, la liberté de mouvement. En effet, il n’y a pas de foot straps, le pont est dégagé et il est donc plus simple de se déplacer et d’effectuer des transitions.

Nous conseillons souvent aux débutants de commencer strapless afin de trouver sa bonne position.

Strap : un atout pour passer les manoeuvres

Ce qui est intéressant avec les foot straps, c’est qu’une fois que l’on maitrise la pratique et sa planche, on peut les positionner idéalement pour être sûr d’être toujours au meilleur endroit. Les straps vont permettre de commencer à sauter mais aussi d’avoir un meilleur dynamisme au pumping.

L’aspect ratio, c’est quoi ?

L’aspect ratio est un coefficient qui permet de caractériser l’allongement d’une aile. Il s’agit de la longueur au carré de cette aile divisée par sa surface. On rentre en détail sur ce qu’est l’aspect ratio et l’influence que cela a dans votre choix de matériel wing foil dans cet article.

Equipement

Comment protéger son matériel de wing foil ?

Faut-il rincer son foil ?

Pour entretenir son foil AFS, c’est très très simple. Première question qui nous revient très souvent, est-ce qu’il faut rincer son foil AFS ? Chez AFS depuis toujours nous faisons du full carbone. Full carbone ça veut dire absence totale de corrosion ou d’oxydation, il n’y a pas vraiment besoin de rincer son foil, il n’y a pas besoin d’utiliser du tefgel. C’est uniquement un petit rinçage à l’eau claire, pour enlever les impuretés qui peuvent être créées par les hydrocarbures ou les algues.

Faut-il démonter son foil ?

La deuxième question qui nous revient très souvent, faut-il démonter son foil ? Là c’est pareil, on peut très bien laisser son foil entièrement monté. La seule chose qu’il faudra vérifier surtout quand le foil est neuf, ce sera le niveau du serrage des ailes et surtout du Tbar pour ce qui est du foil démontable. Quand un foil est neuf, il s’emboîte vraiment très durement et donc au bout de 2-3 heures de navigation, il est possible que cela se fasse un petit peu et donc il ne faut pas hésiter à resserrer ses vis. Toujours vérifier.

Ranger son foil AFS

Au niveau du rangement, il y a plusieurs façons de ranger son foil. On peut le ranger complètement monté sur sa planche. Pour cela on a fait des nouvelles housses AFS permettant de ranger foil et planche assemblés. Nous avons ensuite des housses pour les éléments individuels.

Le harnais

Pourquoi une ceinture leash en wing foil ?

La ceinture permet au leash de moins traîner dans l’eau. Il offre aussi la possibilité de mettre un crochet de harnais en wing foil pour avoir plus de liberté dans ses mouvements et dans sa navigation. Un harnais va aussi apporter une sorte d’assistance, à la demande, sur des longs bords en freeride. Il va aussi stabiliser la wing et donc permettre d’obtenir de meilleures performances pour la remontée au vent ( moins d’énergie perdue).

Quel type de harnais ?

Plusieurs types de harnais existent. Le harnais ceinture utilisable en kitesurf ou en windsurf avec une boucle en métal ou la sangle qui s’appuie sur les lombaires, avec une boucle imprimée en 3D. Étant donné les tractions qui sont moins fortes qu’en kitesurf ou en windsurf, on préconise les plus petits harnais spécials wing, et qui sont moins chers. De plus, en raison de nombreuses chutes en wing foil, les boucles en impression 3D auront moins tendance à abîmer la planche lorsque vous remonterez dessus.

Le harnais leash AFS

Nous avons opté pour un modèle avec un design vraiment adapté. Plus qu’une simple ceinture, nous avons voulu un design plus large tout en néoprène pour bien couvrir toute la surface des lombaires. La ceinture vient simplement se fermer à l’aide d’une boucle en inox. Plusieurs boucles tout au long de la ceinture permettent d’attacher le leash de planche, la wing,…Il est possible de passer dans la sangle une boucle de harnais. Enfin sur l’arrière de la ceinture, nous avons choisi une poche assez large avec une fermeture éclair pour emporter par exemple un tournevis et des cales pour régler le foil, ou sinon des barres de céréales, un téléphone portable étanche, une petite radio, c’est au choix.

Leash accordéon ou droit en wing foil ?

Sur le leash, dit accordéon, l’avantage principal est d’avoir un leash, qui même accroché au niveau de la cheville, ne traîne pas dans l’eau.

Avant la session

Comment régler son foil dans un rail double US ?

Réglage à l’avant du rail pour une pratique wing foil

Plus le foil va être avancé, et plus il va offrir de la puissance.

Un gabarit supérieur va alors compenser en avançant son foil dans les box.
Dans les bas régimes, sous toilé, vagues molles, basse vitesse, on peut avancer le foil pour obtenir plus de portance.

Réglage à l’arrière du rail

Si le foil est éjectant et oblige à appuyer trop fort sur la jambe avant (gabarit plus léger, vitesse élevée, vent plus fort..) il faut alors reculer le foil dans les box pour obtenir du contrôle en réduisant sa puissance.

Jouer avec les cales

Il est également possible de jouer sur le comportement dynamique de son foil. Nous pouvons rendre le foil plus puissant en utilisant une cale pour kicker son stab et compenser en reculant le foil pour le maîtriser. Cela peut apporter du pumping ou de l’énergie dans les jumps ! Un foil plutôt avancer va offrir beaucoup de maniabilité. Associé à un kick de stab, on optimise la réactivité dans les bas régimes.
En foil, le jeu des réglages est sans fin ou presque. Il s’agit de trouver le bon qui convient à chacun et selon les conditions du jour. Il n’existe pas de réglage unique !

Comment fixer son bout de harnais à sa wing AFS ?

Attacher les rallonges à son bout

Dans le pack, nous proposons un bout de harnais simple d’environ 80 cm pour des gabarits petits et moyens. Pour les gabarits plus grands, nous avons une paire de rallonges de 16 cm qu’il suffit de monter sur le bout avec les têtes d’alouette. Pour ce faire, il suffit de faire une boucle, de passer le noeud dans la boucle et de serrer.

Fixer le bout sur la wing

Sur le boudin central, il y a deux petites têtes qui dépassent. Il faut donc effectuer la même manipulation que pour les rallonges : faire une petite boucle pour faire une tête d’alouette, passer à l’intérieur de la boucle et venir serrer le petit noeud qui dépasse. Effectuer la même chose de l’autre côté.

Préparer sa wing : dérouler, sécuriser et gonfler

01. Sortir la wing du sac

Veillez à bien ouvrir le sac de wing afin de ne pas tirer sur l’aile et risquer de la coincer dans la fermeture.

02. Dérouler la wing

Posez votre aile sur le sol et déroulez la : d’abord le boudin central, puis une oreille après l’autre. Placez chaque partie bien à plat.

03. Coincer le leash de la wing sous la pompe

Une fois l’aile déroulée, un coup de vent suffit pour la faire s’envoler au risque de l’abimer. Pour éviter ceci, prenez le leash de l’aile et coincez le sous la pompe avant de gonfler.

04. Raccorder la pompe à la wing

Prenez l’embout de votre pompe et insérez le dans la valve prévue à cet effet sur le bladder (boudin de bord d’attaque). Pour plus de sécurité, si votre pompe à un leash, vous pouvez l’accrocher à la poignée de l’aile.

05. Gonfler la wing

Pour gonfler efficacement la wing, donnez quelques coups de pompe pour donner sa forme à l’aile (ne pas gonfler à fond tout de suite). Pour bien placer les fourreaux, vous pouvez tapoter légèrement les boudins, cela leur permettra de se gonfler correctement. Ensuite, terminer le gonflage en montant à 6-7 PSI.

06. Dissocier la pompe de la wing

Après avoir bien gonflé l’aile, vous pouvez déconnecter la pompe et fermer la valve.

Comment porter son matériel de wing foil efficacement ?

Si votre planche de wing possède une poignée et bien utilisez là ! Foil vers l’extérieur (idéalement et selon l’emplacement de la poignée), attrapez la planche d’un côté et votre wing de l’autre. Laissez la wing voler sous le vent en la maintenant fermement pour éviter qu’elle ne vienne heurter le foil et risquer de se déchirer ! Découvrez nos autres techniques ici !

Quelles conditions météos pour naviguer en wing foil ?

Quelle direction de vent pour débuter le wing foil ?

Un débutant va privilégier des conditions avec du vent de face, appelé aussi, vent de mer. Effectivement en dérivant, le pratiquant reviendra naturellement vers la plage.

Le vent de terre est plutôt réservé à des riders confirmés qui savent remonter au vent. En effet, le vent de terre va vous amener au large et ce sera beaucoup plus compliqué pour rentrer au bord.

En début de navigation, pour les débutants, privilégier les petits bords. Cela permet de régler son matériel mais aussi d’anticiper un peu sa dérive et d’analyser sa position. Si l’on parvient à tenir sur un petit bord, un travers, cela veut dire que si on part plus loin on devrait être capable de remonter au vent. Donc pour éviter les surprises, il faut débuter par des petits bords.

Vent régulier / vent irrégulier

D’abord, nous pouvons observer la direction du vent et sa régularité. En effet, sur un plan d’eau, en fonction du paysage aux alentours (montagnes, immeubles), la force du vent peut varier. Un spot “vierge” permettra d’avoir un vent régulier dans l’espace. C’est l’idéal car il n’y a pas besoin de se soucier de sa position sur le plan d’eau. Un spot “encombré” peut mener à des zones de dévente. Le vent sera irrégulier dans l’espace. Cela peut se lire sur l’eau avec des zones claires et des zones sombres. Il faut plutôt privilégier les zones sombres, où il y a du vent. Et forcément, on va essayer d’éviter les zones claires, zones de pétole. Un vent irrégulier est plus complexe et va demander d’observer le plan d’eau. Il faudra alors se tourner, observer, faire demi-tour et chercher les zones sombres. Cela demande donc un niveau plus confirmé.

Quelle force de vent ?

La force du vent s’observe sur l’eau avec la formation de petits moutons : l’écume. Lorsque l’on commence à voir apparaître des petits moutons c’est qu’il y a à peu près 10 nœuds de vent (18 km/h). Bien sûr, plus on observe de moutons, plus le vent est fort. Idéalement, il faut commencer avec 12 – 14 nœuds minimum, ce qui permet de s’équilibrer avec la force générée dans la wing.

Prévoir le sens de dérive

La direction du vent va aussi nous donner le sens de dérive. En effet, une fois sur l’eau on dérive dans le sens du vent. Pour vous donner une image, il s’agit d’un grand tapis roulant sur lequel on va dérouler du haut vers le bas du tapis. Plus le vent est fort, plus le tapis va vite et, moins le vent est fort, plus le tapis va doucement.

Connaitre la direction permet d’anticiper la dérive, on parle de marge de sécurité : je sais que je risque de finir loin donc je prends une petite marge de sécurité. C’est à dire qu’il faut marcher au vent (remonter vers le haut du tapis) et, quand on va dériver, on retombera sur son point de départ.

Rake en wing foil, à quoi ça sert ?

Le rake, tout d’abord, qu’est ce que c’est ? C’est l’angle formé entre la carène de la planche et le fuselage. On va ainsi parler d’un angle positif lorsque le fuselage est ouvert par rapport à la carène et d’un angle négatif quand l’angle de la carène et du fuselage est fermé.

Les conseils d’Alban

Ne tirez pas et ne cherchez pas la douleur dans les étirements ou les échauffements. Si vous sentez une douleur, arrêtez les exercices et consultez un médecin ou Alban (kinésithérapeute) !

Pensez à bien respirer au cours de l’étirement. Inspirez lentement en mouvement et expirez en relâchant.

Hydratez-vous ! L’hydratation se fait tout au long de la journée mais après la session, le corps a transpiré et il peut être un peu déshydraté. Pensez donc à amener de l’eau pour avant et après la session.

Pour les étirements, prenez votre temps et pour relâcher, décomposez le mouvement en sens inverse.

Après la session

Comment entretenir sa wing ?

Gonfler sa wing pour un meilleur séchage

Idéalement, après votre session, pour sécher votre wing nous vous conseillons de la laisser gonflée. Si pour diverses raisons vous ne pouvez pas faire ainsi, évitez tout de même de la suspendre par sa poignée. En effet, lorsque l’aile est dégonflée, si vous la laissez suspendre trop longtemps par la poignée, le boudin central dégonflé risque de twister sur lui-même et apporter quelques complications au moment de regonfler son aile. On vous explique comment éviter ce scénario.

Que faire si j’ai une hernie ?

Si vous regonflez votre wing avec un maximum de pression en une seule fois, il peut se créer une pliure ou une hernie qui risque d’éclater. Pour prévenir ce phénomène, quand vous regonflez, avant de mettre un maximum de pression, prenez le soin de vérifier que les boudins sont bien en place.

Donc quand vous gonflez, commencez à envoyer un petit peu de pression dans les boudins pour donner sa forme à l’aile. Ensuite, avant de mettre plus de pression tapotez légèrement les boudins pour qu’ils se remettent bien en place dans leur fourreau. Et à ce moment-là seulement, vous pouvez mettre la pression adéquate.

Chez AFS Foils, nous avons mentionné 6 PSI sur le boudin, en réalité nous avons pris un peu de marge et le gonflage idéal est à 7 PSI sur nos ailes.

Ranger sa wing

Dernière étape, le rangement de la wing dans son sac. C’est simple, dévissez la valve et laissez l’air sortir. Ensuite roulez une oreille, puis l’autre, jusqu’au boudin central.

En faisant ainsi, vous prenez bien soin de garder votre boudin central bien en place dans son fourreau. Selon la taille de la wing, on va effectuer 2 ou 3 plis avant de la ranger dans son sac.

Trouver un réparateur de wing foil AFS

Avec plus de 13 années de pratique régulière du Kitesurf, dont 8 années en Kitefoil, Damien Sorlin, champion du monde de parachutisme en 2006, 2008 et 2010, s’impose désormais comme un réparateur phare pour tout ce qui touche au tissu spi. Son expertise et sa maitrise dans le domaine de la réparation et la maintenance du matériel de parachutisme l’ont conduit tout naturellement à appliquer ses connaissances de la maintenance aux ailes de kitesurf, wing foil,… Atelier situé dans les Hautes Alpes mais envoi possible.

Le matériel a beau devenir ultra performant , la voile incassable est bien loin d’être inventée et un accident peut vite arriver. Parfois les temps sont durs, il n’est pas si rare que nos tentatives d’exploits finissent en catastrophe : un malheureux passage dans un shorebreak, la rencontre d’une aile de kite avec un palmier ou avec un rocher bien mal placé… De nombreux évènements bien trop courants qui font que la sortie du jour qui s’annonçait parfaite se termine par un malheureux « j’ai cassé ma voile ! » Le but de cette voilerie spécialiste en réparation est donc de vous offrir un service complet et rapide pour que votre matériel dure aussi longtemps que possible. De la réparation préventive sur un petit accroc, jusqu’au sauvetage d’une voile coupée en deux, Fabien répare tout ! Atelier situé dans le Finistère mais envoi possible.

Spécialisé dans la fabrication de boudins de Kitesurf et Wingsurf parmi les plus solides du marché.

Comment changer le boudin de la latte centrale de sa wing ?

Sur le leash, dit accordéon Découvrez à travers cette vidéo explicative comment changer le boudin latte de votre wing étape par étape.

Tutos débutants

Départs et premiers bords en wing

S’éloigner du bord

Pour s’éloigner du bord, nous vous recommandons d’attacher vos leashs de planche et de wing avant d’aller dans l’eau. Ensuite, retournez la planche sur l’eau pour positionner le foil vers le ciel. Servez-vous en pour avancer et vous éloigner de la rive tout en maintenant votre wing a l’écart pour éviter qu’elle ne se prenne dans l’aile avant ou dans le stabilisateur.

Une fois que l’eau vous arrive au ventre, vous pouvez retourner la planche et monter dessus à genoux. La facilité que vous aurez à vous mettre débout dépendra de votre planche.

Plus elle est volumineuse, plus elle est stable. Sur une planche supérieure à 100 litres vous pourrez vous mettre debout directement puis avancer tranquillement, comme un stand up paddle.

Si la planche est moins volumineuse, partez sur les genoux. Veillez à garder l’aile bien haute au-dessus de la tête pour ne pas qu’elle traîne dans l’eau. Dès que vous voyez la rafale arriver ou que vous sentez la traction, appuyez l’aile sur l’eau, et donnez une impulsion pour monter la jambe avant puis la jambe arrière.

Premiers bords

Une fois que vous êtes debout, il faut maitriser la wing. Pour maintenir l’aile surélevée, pensez à garder votre main avant au dessus de la main arrière. L’aile est courbe et ne demande qu’à pivoter sur sa flèche, si vous baissez votre main, elle va tourner vers le bas et vous déséquilibrer.

Si vous sentez que vous prenez trop de vitesse et/ou que vous êtes déséquilibré, lâchez la main arrière en gardant la main avant haute.

Pour tourner si vous ne volez pas complètement, aidez vous du bord d’attaque. Déplacez vos mains : la main arrière prend la place de la main avant, et la main avant posée sur le board d’attaque. A ce moment là, poussez l’aile vers l’arrière pour faire pivoter la planche et récupérer votre aile pour la placer dans le sens du vent.

Comment trouver la bonne position sur sa planche de wing foil ?

Placer ses pieds sur la planche

Pour déclencher le décollage du foil, le placement des pieds est important. Si vous placez vos pieds sur l’avant de votre planche vous n’allez pas voler car le poids est mal réparti. Cependant, cette technique peut être intéressante lorsque l’on souhaite rentrer au bord ou que l’on est en sur puissance dans un vent fort.

Pour décoller, vous devrez donc reculer votre pied arrière et chercher la sensation de cambrage. A ce moment-là, vous devrez rebasculer votre poids à l’avant pour que la planche se place horizontalement. Si vous débutez en foil, cherchez à faire des « touch and go » : décollez et reposez la planche sur l’eau plusieurs fois sur quelques mètres. Cette technique permet d’apprendre à réguler le vol.

L’importance du regard

Stabiliser sa position demande aussi d’utiliser son regard. En fixant un point au loin vous allez stabiliser un peu plus votre position. Eviter de regarder vos pieds, regardez toujours l’endroit vers où vous souhaitez vous diriger.

Comment switcher ses pieds en wing foil ?

Lors de vos navigations en wing foil, vous pouvez effectuer votre changement de pieds avant ou après la manœuvre. Chacun à sa préférence et cela peut dépendre de son aisance en goofy ou en regular. Pour switcher vos pieds avant ou après la manœuvre, vous devez déjà remonter l’aile afin d’obtenir une bonne visibilité et vérifier que personne ne se trouve derrière. Sécurité avant tout ! Ensuite, vous devez anticiper le fait qu’au moment de changer de pied, la planche va avoir tendance à réatterrir sur l’eau. Vous allez donc chercher à donner un petit coup de pumping juste avant de switcher pour faire redécoller la planche et être plus haut sur l’eau. Le mouvement d’inversion se fait soit un pied après l’autre ou si vous être à l’aise, en effectuant un saut. A ce moment-là, le pied arrière va venir prendre la place du pied avant. Au niveau de la trajectoire de vol, la planche va vouloir réatterrir à la fin du changement de pied. Il va donc falloir relancer rapidement pour reprendre un vol plus stable pour clore sa manœuvre. Utilisez votre regard pour essayer de chercher à bloquer votre position. Visez un au loin et évitez de regarder vos pieds !

Comment appréhender le décollage en wing foil ?

Prendre de la vitesse en archimédien

Pour décoller en foil, la vitesse est indispensable. Si vous n’avancez pas, ou à très faible vitesse, le foil n’aura pas de portance et ne vous fera pas voler. Trouvez les zones ventées et maitrisez votre aile de wing pour prendre de la vitesse !

Cabrer le foil

Une fois que vous avez obtenu suffisamment de vitesse, vous allez avoir une sensation de cabrage sur l’avant de la planche. En effet, le foil va avoir envie de décoller et de remonter vers la surface. Il va donc falloir le laisser monter et trouver le bon moment pour rebasculer son poids vers l’avant de la planche pour baisser le nose et faire lever le tail. A ce moment là, le foil aura de la portance et vous pourrez voler.

Stabiliser le foil

Une fois que vous avez appréhender la sensation, vous pouvez effectuer des “touch and go” pour vous entrainer. C’est à dire que vous allez décoller, reposer la planche et la faire redécoller, etc.

Quand vous serez en maitrise, il vous faudra trouver la bonne position pour stabiliser la planche en vol.

Tutos intermédiaires

Comment pomper en wing foil ?

La technique de pumping en wing foil dépend du matériel

La technique va différer selon le matériel utilisé. En effet, si vous utilisez un gros foil avec un long fuselage, le pumping va être plus axé sur l’inertie avec une fréquence moindre. Par contre, si vous utilisez des petites ailes et un fuselage court, il faudra apporter une certaine cadence, de la fréquence.

Une fois que vous avez appréhendé la sensation, vous pouvez effectuer des “touch and go” pour vous entraîner. C’est-à-dire que vous allez décoller, reposer la planche et la faire redécoller, etc.

Quand vous serez en maîtrise, il vous faudra trouver la bonne position pour stabiliser la planche en vol.

Le mouvement détaillé du pumping

Avec le pumping, il faut faire en sorte que les écoulements, que la glisse soit optimisée. Il faut donc bien réaliser le mouvement quitte à aller moins vite, plutôt que chercher la vitesse en réalisant un mauvais pumping.

Essayez d’être léger, de laisser monter le foil et de le faire redescendre, il accélèrera tout seul. Il faut s’alléger et laisser accélérer. Vous devez donc donner une impulsion sur la jambe arrière pour faire cabrer la planche et remettre du poids sur la jambe avant pour apporter de la portance au foil et pour décoller ou rester en vol.

Vous l’avez compris, la technique dépend du matériel et du cardio. Il faut pratiquer pour y arriver, mais pour vous maintenir en forme et performer en wing foil, faites du sport !

Comment faire un jibe en wing foil ?

Le jibe wing foil étape par étape

1 – Sécuriser la manœuvre en levant son aile ou en regardant à travers la fenêtre pour voir s’il y a de la place pour jiber.
2 – Réduire sa vitesse pour ne pas arriver trop rapidement dans le jibe
3 – Entamer une prise de carre vers l’intérieur, aile haute
4 – Au moment où l’on part sous le vent, on relâche l’aile
5 – Quand on arrive dans le vent,

Il faut alors reprendre la wing de l’autre côté. Il faut alors inverser les mains sur la poignée en continuant sa prise de carre, pour reborder et repartir. Ce qui est important c’est de toujours se pencher dans son virage de façon à avoir une prise de carre constante.

A quel moment changer la position de ses pieds pendant le jibe en wing foil ?

Tout comme le tack, le changement de pied dépend du feeling. On peut le faire avant la manœuvre, ou après.

Comment faire un tack en wing foil ?

Le mouvement détaillé du pumping

Pour réaliser un virement de bord, l’important va être de maintenir une bonne portance au niveau foil en cherchant à remonter au vent. Il faut donc placer son aile haute et engager une courbe dos au vent.

Afin de conserver de la portance, il peut être utile d’ajouter un peu de pumping en appuyant sur le pied arrière au moment d’amorcer le tack.

Le mouvement de l’aile est primordial. Il s’agit d’envoyer son aile par-dessus sa tête au bon moment, complètement de l’autre côté. Une fois face au vent, il faut conserver de la courbe.

Bien sûr, il ne faut pas oublier de se concentrer sur ses appuis de façon à continuer à fermer son virage, pour aller récupérer son aile de l’autre côté et relancer. L’important est de conserver votre prise de carre (courbe) pour ne pas risquer de repartir dans l’autre sens. Pour éviter ceci, il faut se pencher légèrement dans son virage.

Quand switcher ses pieds en tack wing foil ?

Il y a deux manières d’appréhender son changement de pied et cela va dépendre de son côté « fort », celui où l’on est le plus à l’aise. La première technique est donc de switcher les pieds avant la manœuvre et l’autre, après la manœuvre. Il se peut que l’on soit plus à l’aise en changeant ses pieds après la manœuvre, sur son bord fort. Mais cela dépend bien sûr de son propre feeling, il faut tester pour trouver sa technique et tomber le moins souvent.

Tout comprendre sur le wing foil en vidéo.

Fuselage long ou court, comment choisir ?

Qu’est ce que le one pump et à quoi sert-il ?

L’aspect ratio, c’est quoi ?

Comment protéger son matériel ?

Le harnais

Comment régler son foil dans un rail double US ?

Comment fixer son bout de harnais à sa wing ?

Préparer sa wing : dérouler, sécuriser et gonfler

Quelles conditions météos pour naviguer ?

Comment s’étirer après une session ?

Comment s’échauffer avant une session ?

Comment entretenir sa wing ?

S’éloigner du bord avec le matériel

Faire ses premiers bords

Comment trouver la bonne position sur sa planche ?

Comment switcher ses pieds ?

Comment appréhender le décollage ?

Comment pomper ?

Comment faire un jibe ?

Comment faire un tack ?