Comment débuter en SUP race ?

Si vous avez lu nos autres articles concernant le stand up paddle (SUP), vous savez qu’il existe plusieurs disciplines sur ce support et aujourd’hui on parle de SUP race. 

sup race1

Qu'est ce que le SUP race ?

Le SUP Race se différencie du SUP surf ou du SUP de balade car il est axé sur la course. Il y a deux types de courses en SUP race : la course longue distance qui demande de l’endurance pour aller d’un point A à un point B, et la course technique qui demande de la vitesse et de la technique pour assurer dans les nombreux virages.

Les épreuves de SUP race peuvent se dérouler sur différents plans d’eau (rivières, lacs ou mer) ou s’affrontent plusieurs concurrents, tous équipés avec du matériel spécifique. Cette pratique demande donc de maitriser correctement de stand up paddle avant de se lancer dans la course ! 

Quel matériel pour pratique le SUP race ?

Choisir sa planche de SUP race

Quelle taille de SUP race ?

La planche de SUP race sera très différente de la planche de SUP surf. En effet, pour la course on va rechercher une board rigide étroite et longue. L’idéal pour une planche de race c’est entre 12’ et 14’ pieds de long et entre 24’’ et 28’’ de large. Ces caractéristiques vous permettront de mieux glisser sur l’eau, de mieux ramer et donc d’aller plus vite !  

Quelle construction pour le SUP race ?

Deux types de matériaux sont à prendre en compte pour la construction des SUP race : la fibre et le carbone. Le paddle en fibre est qualitatif puisqu’il est léger et le prix est moins élevé. Le paddle en carbone est, quant à lui, encore plus léger et donc plus cher. A vous de choisir le matériel de votre choix en fonction de votre budget et de votre préférence.  

Choisir sa pagaie de SUP race

Le choix de la pagaie en race prend en compte de nombreux facteurs comme le niveau d’expérience, la condition physique et la position à la rame.

Si vous débutez, rien ne sert d’avoir la pagaie la plus légère et la plus chère du marché. Commencez avec une pagaie simple et souple pour prendre en main la pratique race. Une pagaie réglable vous permettra de tester différentes tailles et positions pour trouver le combo parfait vous permettant d’obtenir de la vitesse. 

Quelle pâle pour votre pagaie ?

La pâle de la pagaie est importante dans le choix de la pagaie. En général, les grandes surfaces permettent d’être explosif et les petites surfaces permettent de mettre de la fréquence dans la rame.

Les pales à grande surface vont pousser plus d’eau, donc si vous êtes assez forts pour pousser de l’eau et mettre de la fréquence dans les coups de rame en même temps, c’est le bon choix. Sinon, optez pour une petite surface, vous n’irez pas moins vite !

Quelle longueur pour votre pagaie ?

Pour la longueur, cela dépend de votre position de rame, si vous êtes plutôt droit ou si vous avez tendance à fléchir les genoux pour aller chercher en bas. En moyenne, la pagaie doit faire entre 15 et 30 cm de plus que votre taille pour vous permettre d’aller chercher les masses d’eau stables plus profond. 

Aluminium, bois ou carbone pour votre pagaie de race ?

Le choix de la matière de la pagaie dépend également de vous : bois, aluminium ou carbone ? En SUP race, on se pose rarement la question car on recherche de la solidité et de la légèreté. La pagaie en carbone est donc privilégiée mais un peu plus rigide au niveau de la pâle. Les pagaies en bois et en aluminium sont certes moins chères mais beaucoup plus lourdes.

image produit pagaie sealion

Choisir son leash de SUP race

En SUP race, il est plus simple d’utiliser un leash « téléphone » ou « spiral » qui ne trainera pas dans l’eau et ne se coincera pas sous vos pieds.

leash stand up paddle et wing foil

Les techniques à adopter en SUP race

En SUP, pour trouvez la technique la plus efficace et efficiente en rame, pas de secret : il faut pratiquer pour trouver sa bonne position. Cependant, on vous donne quelques bons conseils pour débuter.

Comment ramer en SUP race ?

La rame en SUP doit être efficiente, c’est-à-dire qu’elle doit vous apporter de la vitesse et de la performance sans vous fatiguer. Il faut donc essayer de ramer fort pour pousser plus d’eau et faire le plus de distance en un coup de rame. 

Par étapes : amenez la pagaie loin devant, plantez la dans l’eau en fléchissant les genoux, appuyez sur la poignée pour aller chercher les masses d’eau statiques sous la surface et, sans déhancher, ramenez la pagaie vers les pieds en longeant la planche. Tirez sur la main placée sur le manche en accompagnant avec main placée sur la poignée.  Le paddle va glisser et c’est à vous de trouver le bon rythme pour donner le coup de pagaie suivant sans perdre trop de vitesse et sans vous fatiguer en mettant trop de cadence.

Evidemment, si vous ne pagayez que d’un côté du paddle vous allez tourner en rond et changer de main a chaque coup de pagaie ne serait pas efficace ! Vous pouvez donc donner quelques coups d’un côté, puis de l’autre en conservant un bon rythme.   

Comment placer ses pieds sur le SUP race ?

En SUP de balade, les pieds sont généralement placés sous les hanches, cote à cote. En SUP race il est possible de pagayer ainsi mais pour ajouter du poids sur la pagaie, certains optent pour une autre possibilité. Vous pouvez aussi ramer avec les pieds en décalés, pied droit ou gauche en avant. Cependant, il faut penser à garder le milieu de la planche sous le centre de gravité pour garder la planche à plat. 

Dans quelles conditions pratiquer le SUP race ?

Conditions météos et choix du spot

Idéalement, les conditions pour faire du SUP race c’est un plan d’eau glassy et sans vent. En effet, c’est toujours gênant d’avoir de la houle en mer lors d’une session de race et pour le vent c’est la même chose.

Cependant, il faut savoir se servir des éléments : profitez de la houle pour la surfer et profitez du vent dans le dos pour vous pousser !

Pour le choix du spot, cela dépend des épreuves mais elles peuvent avoir lieu en mer ou en lac. Entrainez-vous sur les deux plans d’eau !

Conditions physiques aussi !

Si vous vous lancez dans la compétition, il est recommandé d’avoir une certaine condition physique que ce soit sur la course longue distance ou celle de vitesse. Le SUP race va faire travailler vos cuisses, vos épaules, votre dos, vos abdominaux profonds et votre coeur qui est aussi un muscle.

Comme tous les autres sports, il faut donc s’entrainer et se maintenir en forme pour obtenir des résultats. Pour travailler votre cardio et entrainer le coeur a pomper plus fort (et non plus vite) vous pouvez réaliser des séances de fractionné sur l’eau, c’est-à-dire des changements d’allures sur certaines distances ou sur un certain temps. Pour travailler les muscles du haut et du bas du corps, essayer de faire un peu de renforcement pour éviter les courbatures et préparer votre corps à l’effort.